Retour sur les Assises Territoriales de la transition agroécologique et de l’alimentation durable – Partie 1

Les 12 et 13 septembre derniers se sont tenues les Assises territoriales de l’Agroécologie et de l’Alimentation à Nantes.
Chloé LELARGE de Frugali et Esther DINH, animatrice du PAT du Pays de Sundgau, étaient présentes et se sont proposées de nous en faire leur retour avec leurs regards complémentaires.

Première partie, avec le retour d’Esther et les éléments qui l’ont nourrit, en tant que technicienne d’un PAT de niveau 1.

Tout comme le retour fait par Chloé, cet article est sien. N’hésitez pas à commenter / questionner les éléments qui sont ici mis à discussion par l’autrice.

La synthèse et éléments qui ont marqué Esther DINH

Esther lors d’une animation Vélo Mixeur portée par le PAT du Pays du Sundgau

1. Présentation générale des Assises

Les 12 et 13 septembre dernier, Nantes Métropole a accueilli la 2ème édition des Assises territoriales de la transition agro-écologique et de l’alimentation durable. C’est un rendez-vous pour les représentant.es de collectivités, des structures d’accompagnement, des associations mais aussi pour le monde entrepreneurial et la recherche.

Organisées dans une agglomération différente tous les 2 ans, elles avaient pour cette édition 2022 comme focus la prise en compte des changements climatiques et de l’urgence sociale dans les politiques agricoles et alimentaires des territoires.

L’évènement a été co-organisé par Nantes Métropole, Montpellier Méditerranée Métropole, CNFPT, l’ADEME, Terres en Villes, la Chaire UNESCO Alimentations du monde, Le Voyage à Nantes et la DRAAF Pays de la Loire.

Sur 2 jours se sont succédés 130 ateliers sous différents formats (visites urbaines, expositions, espaces de discussions, groupes de travail, présentation d’initiatives inspirantes) et 4 temps forts en plénière, le tout réunissant près de 800 participant.es autour de thématiques diverses : logistique des circuits courts, nutrition et santé, démocratie alimentaire, appui au développement de filières, changement des pratiques agricoles…

2. Discours et annonces politiques

Les temps en plénière ont été l’occasion pour les intervenant.es de partager des problématiques communes et d’exprimer certaines revendications, notamment :  

  • Appel à une Sécurité Sociale de l’Alimentation, et plus généralement à sécuriser le budget alimentaire des ménages
  • Demande d’exception alimentaire (critères d’externalité environnementale, de circuit direct…) dans le code des marchés publics européens afin de favoriser les produits locaux dans la restauration collective
  • Demande d’ouvrir le débat sur la compétence alimentaire des collectivités
  • Appel à un changement de paradigme : du produire plus au manger mieux
  • Appel à penser les solidarités alimentaires : solidarité envers les citoyens et envers les agriculteurs
  • Dans le cadre du projet de loi de finances 2023 : annonce d’un doublement du budget consacré à l’aide alimentaire (111 millions d’euros)
  • Constat d’un écart entre les discours politiques et le contenu de la Politique Agricole Commune
  • De la même manière, constat d’un écart entre les volontés citoyennes (en termes de santé, environnement, justice sociale) et les actes d’achat des consommateurs (80% des achats en grandes et moyennes surfaces)

3. Retour sur les ateliers suivis 

Au cours des deux journées, j’ai eu l’occasion de suivre plusieurs ateliers qui mettaient en avant des initiatives inspirantes :

  • Cartographier les points de vente en circuits courts de son territoire : l’exemple de la carte interactive et participative de la Métropole de Lyon en partenariat avec l’association BelleBouffe qui permet de visualiser l’offre alimentaire disponible

→ Pour en savoir plus : http://mangerlocal.grandlyon.com

  • Soutenir les acteurs de la transformation : l’exemple du projet d’abattoir semi-mobile entre Nantes Métropole, le PETR du Pays de Retz et une association de 150 éleveurs de vaches laitières qui recherchent une méthode d’abattage à la ferme afin d’améliorer le bien-être animal. La demande de mise de fonds des collectivités (notamment Nantes Métropole) et des éleveurs témoigne qu’il s’agit d’un projet de société, à l’interface entre monde urbain et monde rural. 

→ Pour en savoir plus : AALVie | Abattage des Animaux sur leur Lieu de Vie | Loire-Atlantique

  • Organiser la logistique des circuits alimentaires : retour sur la visite du Marché d’Intérêt National (MIN) de Nantes, un point de rencontre entre producteurs, grossistes, commerçants ambulants et quelques unités de transformation (raviolis, saumon, aromates…). Il est couplé d’un pôle agro-alimentaire qui accueille des sociétés agro-alimentaires. Les surplus sont récupérés par le Secours populaire directement implanté sur site. 

→ Pour en savoir plus : MiN Nantes Métropole – Le marché du Grand Ouest

  • Mobiliser les acteurs de la restauration collective : l’exemple du Green Deal Cantines Durables en Wallonie, un accord volontaire pour engager les acteurs de la restauration collective (gestionnaires, cuisines centrales, sociétés de catering, autorités publiques, acteurs logistiques…), les outiller, les mettre en réseau et les soutenir financièrement. 

→ Pour en savoir plus : Le Green Deal Cantines Durables – MANGER DEMAIN

  • Prendre en compte la question du genre dans les PAT : réflexions sur l’égalité hommes-femmes dans la production, la transformation et la distribution alimentaire et dans la gouvernance des PAT. Débat mouvant puis travail en groupe sur des études de cas.

→ Pour en savoir plus : Accueil – ADEAR (agroecologiepaysanne-graap.org)

4. Intérêts / informations pour les PAT 

En tant que chargée de mission PAT, je retiens de ces Assises 2022 des informations sur la dynamique globale des PAT, des formations existantes, des outils et des leviers financiers. 

Etat des lieux de la dynamique PAT en France : 
  • 2/3 des Français.es sont couverts par un PAT.
  • En mai 2022, l’Observatoire national des PAT (OnPAT) a recensé 403 PAT, à des degrés divers de maturité. 
  • L’OnPAT a été créé en 2019 dans le cadre du Réseau national des PAT pour observer, caractériser et évaluer les PAT. Il a vocation à porter à connaissance de tous les données les plus récentes sur les PAT et fournir des analyses comparatives approfondies. 
  • Pour en savoir plus : L’Observatoire OnPAT – RNPAT

Formations existantes pour les chargé.es de mission PAT :

Rapports à lire :

Outils utiles :
  • Livret de la FNAB « Aides financières à destination des agriculteurs » : focus sur le régime d’aides de minimis et le régime notifié d’aides d’Etat
  • Guide de la FNAB « Rôle et outils des collectivités pour développer des filières bio de territoire » : éléments de diagnostic, graines d’émergence de ces filières, leviers des collectivités (développement économique, foncier), retours d’expériences
  • Outil CRATER : aide à la réalisation du diagnostic agricole et alimentaire de son territoire (dont disponibilité en commerces alimentaires)
  • Outil PARCEL : mesure les impacts du passage au bio et du changement de régimes alimentaires
  • Inventaire des plateformes de mise en relation entre producteurs et consommateurs 
  • Guide sur les labels alimentaires réalisé par Greenpeace, WWF et BASIC 

Leviers de financement :
  • Le programme TETRAA (Territoires En Transition Agroécologique et Alimentaire) de la fondation Daniel et Nina Carasso permet d’accompagner 9 territoires pilotes sur 4 ans, avec des niveaux d’avancement différents. Il s’agit d’un soutien financier (5,34 millions au total) mais aussi d’un accompagnement technique avec mesures d’impact et analyse prospective.
  • Guide méthodologique “Construire une stratégie de financement d’un PAT” (2018) conçu par Terres en villes et Cap rural 

5. Conclusion

  • Des présentations, ateliers et échanges inspirants
  • Motivation à ce que les PAT soient des démarches multi-acteurs, ambitieuses et systémiques (au-delà de la seule restauration collective)
  • Ouverture sur la pluralité des projets, les différences entre territoires
  • Mise en commun de problématiques rencontrées en tant que chargé.es de PAT : pluralité des acteurs et des échelles, manque de financement et de moyens humains, lourdeurs administratives…
  • Partage de clés de réussite des PAT : volonté politique, animation permanente, appui sur les acteurs de terrain qui existent déjà et travaillent en coopération…
  • Mais attention, le territoire ne fait pas tout :
  • Certains enjeux dépassent les PAT : rémunération des agriculteurs, prix agricoles, politiques foncières et monétaires…
  • Local ne signifie pas forcément durable 
  • Le Colibri / les initiatives locales ne suffisent pas à opérer une transformation globale du système alimentaire 

Dernière modification le 13 octobre 2022 par Citoyens et Territoires

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire