Le numérique au service de l’alimentation saine, locale et durable en région strasbourgeoise

Voici deux supports de communication suite au projet de recherche Na’Stras porté par l’Unité Mixte de Recherche SAGE de l’Université de Strasbourg, réalisé de septembre 2021 à février 2023. Le projet de recherche est réalisé en partenariat avec l’Eurométropole de Strasbourg, la Chambre d’Agriculture d’Alsace, la DRAAF Grand Est, Bio en Grand Est et la Chambre de consommation Alsace.

Le projet vise à clarifier les enjeux et pratiques liés à l’usage de plus en plus généralisé des outils numériques dans les systèmes alimentaires. Que ce soit par des entreprises privées ou associatives (à l’image des AMAP, de la Ruche qui dit Oui ou de nouveaux intermédiaires comme les plateformes de e-commerce) ou directement par les exploitants agricoles eux-mêmes, les formes de mise en relation entre producteurs et consommateurs d’un même territoire évoluent sous l’influence du numérique. Ces évolutions sont constatées sur le terrain mais peu connues du fait de leur déploiement récent, qui s’est accentué suite à la crise du Covid en 2020 et 2021. Le projet Na’Stras sert alors d’observatoire local, dans la région de Strasbourg et du Bas-Rhin, participant à une meilleure compréhension des transformations progressives des systèmes alimentaires sous l’effet des technologies numériques.

Rapport final

NASTRAS-Rapport-Action-4-Sept2022

Bilan et recommandations

Le recours au numérique est devenu courant pour les consommateurs. La digitalisation de la ferme (référencement sur internet, site internet, réseaux sociaux) fournit à ce titre et à peu de frais une visibilité auprès de l’ensemble des consommateurs de la région, permettant d’entretenir une communication novatrice avec la clientèle. Soutenir cette digitalisation serait bénéfique pour les exploitations qui vendent en circuit court, quel que soit leurs circuits de vente. Un conseil avisé à ce sujet, ainsi qu’une aide financière pour la création de site vitrine faciliterait la notoriété des exploitations et de leurs circuits de vente directe.
Facebook est un support important pour la réputation des producteurs, de leurs lieux de vente et pour leur lien avec la clientèle. Bien que cet outil puisse être jugé peu pertinent par certaines exploitations, il peut être profitable de les inviter à créer leur page sur ce réseau. Notons cependant qu’il est nécessaire d’’alimente celle-ci de façon hebdomadaire pour maintenir sa visibilité auprès de la clientèle.
Le numérique pourrait être davantage promu puisqu’il se présente comme une extension des formes de commercialisation en vente directe. A ce titre :
o Le modèle du panier pré-constitué par abonnement est considéré comme désuet par les producteurs du fait de l’évolution des habitudes d’achat des consommateurs. Si le soutien à la profession agricole locale reste une motivation à l’approvisionnement direct auprès de ces derniers, il apparaît important d’offrir plus de flexibilité et de diversité dans l’offre proposée. Dans ce cadre, le modèle de la boutique en ligne permet au consommateur de gérer son abonnement et de choisir comment il veut constituer son panier, répondant ainsi aux exigences des consommateurs contemporains.
o Le modèle du distributeur automatique répond à la double exigence de garantie sur l’origine des produits et de facilité d’achat. Il implique cependant des frais initiaux et nécessite, comme tout circuit de vente, d’assurer une permanence pour remplir les casiers.
La solution numérique n’est pas magique, et la création d’une offre en ligne nécessite de bien penser en amont les usages qui veulent en être fait. L’investissement dans des professionnels du digital semble important pour fournir une interface client ergonomique mais aussi une « arrière boutique » efficiente, qui permette d’assurer un gain de temps pour le producteur. Le choix de prestataires spécialisés pour répondre aux besoins de la profession agricoles réduit les risques d’investir sur un outil peu adapté au besoin de la profession. L’orientation des producteurs vers des entreprises spécialisées sur ce domaine pourrait ainsi éviter la création de site internet qui ne répondent pas à leurs attentes.

Résumé pour les producteurs

Support-producteurs

Résumé pour les consommateurs

Support-consommateurs

Pour connaître plus en profondeur les résultats de cette enquête

Dernière modification le 8 septembre 2022 par Ludovic LAY

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire