Covid-19 et habitudes de consommation : une séries d’études encourageantes

A l’échelle européenne

Une étude d’EIT FOOD, une initiative européenne visant à créer un secteur alimentaire durable, révèle que la crise sanitaire du COVID 19 pourrait avoir modifié de façon durable les habitudes alimentaires des européens et ce de façon positive. Elle se base sur une enquête auprès de 5.000 consommateurs dans 10 pays.

Ainsi, les européens ont pris conscience de l’importance de prendre le temps de cuisiner et d’acheter local. Un tiers d’entre eux souhaitent continuer à prendre le temps de cuisiner, 87% se disent enclin à acheter à l’avenir plus de produits locaux tandis que 35% ont sauté le pas en achetant davantage local pendant la pandémie.

En France, pendant la première crise, 38% des sondés ont consommé davantage local, augmenté leur consommation de fruits et légumes et 19% ont réduit leur consommation de viande (en parallèle, 16% l’ont augmenté). Notre pays se démarque des autres par une plus grande attention des consommateurs aux labels de qualité plutôt qu’aux prix.

Néanmoins, pour la suite, avec une chute des revenus, l’accessibilité des produits en terme de prix reste une priorité pour la plupart des Européens : 32% des sondés estiment qu’il sera important de pouvoir acheter des produits à bas prix.

Les résultats majeurs de l’étude sont présentés dans l’infographie ci jointe et le détail (en anglais) est accessible plus bas.

A l’échelle française

Cette étude européenne tire sensiblement les mêmes conclusions que celles éditées par des observatoire de consommation (Shopmium) ou encore FranceAgrimer qui cerne ainsi la situation :

La crise de la COVID-19 a également confirmé la sensibilité du consommateur à la
question de la hausse des prix alimentaires, quelle que soit son origine. Certains facteurs qui ont pu y contribuer (l’inflation sur les produits frais, réorientation d’achats vers les circuits plus chers) semblent liés à ces circonstances exceptionnelles de la crise sanitaire et aux contraintes multiples, notamment logistiques, qui ont pu apparaitre à différents niveaux de la chaîne, depuis les producteurs jusqu’aux consommateurs. D’autres facteurs (comme la substitution de produits de base par les références plus “qualitatives” : (que ce soit les produits sous SIQOs dont bio, ou origine France et “proximité”), peuvent jouer un rôle de premier plan dans les arbitrages à venir car relèvent du consentement, ou plutôt de la capacité, des consommateurs français à payer plus cher pour “mieux manger” ou exprimer un “soutien local” (de la proximité au national). Or la crise économique attendue ne peut que renforcer les contraintes pesant sur certains consommateurs.

Etude FranceAgrimer “conso covid”
Print Friendly, PDF & Email

0 réflexion sur “Covid-19 et habitudes de consommation : une séries d’études encourageantes”

  1. Ping : Un coup de pouce, avant les premiers coups de fourchette | Réseau PARTAAGE

Laisser un commentaire